Partons !

A propos de nous | Nos trajets sur @trip | Bon à savoir | Nous contacter

Mot-clé - coucher de soleil

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 6 mai 2013

Les champs de coton

À Pamukkale, petite ville sur la route d'Izmir, nous nous arrêtons pour nous émerveiller devant la curiosité géologique de la ville.

Dans l'Antiquité, la ville de Hiérapolis était considérée comme un Dax de Turquie. L'eau qui y coulait avait des vertus thérapeutiques. St-Phillipe y aurait prêché la bonne parole, ça n'a pas trop plu à l'époque, il y a été crucifié...

Et c'est au bord de cette ancienne cité que ce sont formés des bassins de sédiments, impeccablement blancs. Lorsqu'ils sont remplis (d'eau, pas de touristes), ils peuvent prendre une teinte jaune/rouge/verte. Nous y étions pour le coucher du soleil, un moment magique, parmi les meilleurs que j'ai pu voir.

IMG_2090__Large_.JPG IMG_2108__Large_.JPG


IMG_2111__Large_.JPG IMG_2112__Large_.JPG


IMG_2136__Large_.JPG IMG_2146__Large_.JPG


IMG_2147__Large_.JPG IMG_2151__Large_.JPG

vendredi 11 mai 2012

Sur les routes de Crète

Une grande expérience de tous les jours : conduire en Crète !

Après avoir compris les règles de conduite -- il n'y en a aucune, il faut ensuite affronter les grecs au volant qui doublent n'importe comment, les chèvres au milieu de la route, et surtout l'état du goudron (quand il y en a). La Crète est un pays de montagnes, autant dire que la plupart du temps c'est assez vomitif.

Nous avons sillonné l'île d'Est en Ouest. Nous commençons par le plateau de Lassithi, encerclé de montagnes. Très chouette, des champs tous verts et jaunes. Nous pouvons l'admirer au mieux aux pieds de la grotte du Mont Dictée, grotte où Réa aurait planqué son fils Zeus pour ne pas qu'il soit mangé par Chronos son père... Ils sont fous ces Dieux !

Plateau de Lassithi Grotte de Zeus

Nous partons ensuite direction l'Ouest. Les plages du Nord ressemblent à la Costa Brava : des plages hyper touristiques, des grosses constructions bétonnées en bord de mer, bref ce n'est pas ce qu'on recherche.

Nous traversons des montagnes, des gorges, des villages bien typiques où les grecs nous regardent bizarrement, mais toujours avec le sourire. Ici la vie semble couler comme un long fleuve tranquille :)

paysages de Crète Crète route dans les gorges

vue sur un village typique village typique cascades

Nous nous dirigeons donc vers le sud, pour voir les très belles plages bien isolées. Mais quand on dit isolée, ça signifie 1/2h de descente sur des escaliers de rochers pour atteindre Palm Beach, ses palmiers, sa rivière à traverser, sa plage de cailloux, son rocher en forme de cœur et ses oies.

vue sur Palm Beach Palm Beach

traversée de rivière à Palm Beach oies de Palm Beach baignade à Palm Beach

Palm Beach Remontée de la plage

Nous tentons enfin la descente de la mort ! 1h30 de caillasse sur une route sinueuse déconseillée aux Renault Kangoo 1,2L, sans rambarde de sécurité, en ne croisant que des chèvres. Autant dire que l'ambiance est tendue à bord.

Piste vers la plage Piste vers la plage Piste vers la plage

Moutons Chèvres

Nous sommes bien récompensées par le plus beau lagon d'Europe à Elafonisi, sur la côte ouest de la Crète : du sable blanc, de l'eau transparente et turquoise, et un ciel bleu magnifique. Le pied.

Vue du lagon Le lagon Le lagon

Le lagon Le lagon Le lagon

Dernier petit plaisir, notre hôtel pour notre dernière nuit en Grèce : piscine qui donne sur la mer, duplex, double terrasse, et sa propre cuisine => dernier repas apéro sur la terrasse à regarder le coucher de soleil.

A l'hôtel, face à la mer A l'hôtel, face à la mer A l'hôtel, face à la mer

dernier coucher de soleil dernier repas en Grèce

samedi 5 mai 2012

Iles de Santorin

Après une traversée d'une demie-journée en ferry, nous nous sommes arrêtés 3 jours à Santorin, un regroupement d'îles formant une caldeira. En effet, au milieu, il y a un bout d'île qui est apparu en 1720 après une éruption volcanique.

Caldeira de Santorin

On s'est fait plaisir, petit hôtel avec piscine, vue sur la mer (certes lointaine). Mais on aime bien vous narguer.

vu de notre hôtel

A Santorin, ce qui est impressionnant ce sont ces villages construits à bord de falaise, où tous les murs sont blancs et les dômes d'églises sont bleus. Ça fait des supers photos.

village de Thirasia Oia Oia

églises bleues de Oia ruelles de villages mulets typiques ceux-là

Nous avons déambulé dans les ruelles de ces petits villages bien typiques, qui sont surtout à éviter pour toute personne ayant déjà râlé sur les dénivelés péruviens. Du port jusqu'au centre du village, il y a environ 250 marches en moyenne. Du coup, à Oia, j'ai craqué et j'ai fait du mulet, attraction très typique touristique, mais qui évite la montée de plus de 200 marches pour la modique somme de 5€. Les grosses dames américaines sont ravies.
Non parce que bon faut pas déconner, monter 300 marches en plein cagnard, à part pour vous donner une insolation et pour pouvoir dire "je l'ai fait", c'est un peu maso.

Oia vu d'en bas mulets de Oia Fanny sur son mulet

Nous avons marché sur le fameux volcan, le plus jeune encore en activité d'Europe. On a vu encore un peu de fumeroles, mais vraiment pas grand chose. Après tout la dernière éruption date de 1960.

Accostage sur l'île volcanique coeur du volcan randonnée sur le volcan

Et on finit par le site archéologique de Akrotiri, une cité minoenne à la pointe de la technologie, impressionnante d'ingéniosité pour une population si ancienne, mais dévastée par une éruption en 1625 avant J-C. Ils avaient des maisons à plusieurs étages, des peintures très bien réalisées que nous avons vu au musée d'Athènes, et avaient carrément le tout à l'égout.

le village minoen maison minoenne à plusieurs étages maison minoenne

Nous avons pu assister à 3 couchers de soleil : un à Fira, ville principale, mouef ; un à Oia, gros spot où tous les touristes se trouvent car ça fait des belles photos ; et un à Imerovigli, où on était tranquille, et c'était splendide.

coucher de soleil à Imerovigli coucher de soleil à Imerovigli coucher de soleil sur Oia

moulin de Oia au coucher de soleil coucher de soleil à Imerovigli

PS : on mange vraiment trop bien en Grèce : tzatziki, tapenades, caviars d'aubergines, feuilles de vignes, et bien sûr féta.

apertizers typiques

vendredi 5 août 2011

Lac Titicaca, deuxième : sur ses îles

Nous sommes retournés au lac Titicaca, mais cette fois côté Péruvien, et avec toute la famille. Nous avons ainsi pu visiter 3 types d'îles plutôt différentes les unes des autres.


île d'Ouros

Les îles d'Ouros, plus communément appelées îles flottantes, sont il faut l'avouer très touristiques maintenant. Certes ils vivent toujours sur ces îles, mais ne vivent plus que du tourisme. Auparavant, c'était un peuple de pêcheurs, installé sur ces îles pour échapper à l'oppression des Incas, puis des espagnols. Ici on parle Ayamara.

îles flottantes habitants des îles d'Ouros

Nous avons donc accosté sur une des 60 îles existantes, et nous avons pu voir une démonstration de comment sont construites ces îles, tout en roseau. Ce qui est pratique, c'est que si tu t'entends pas avec tes voisins, tu dérives :) Et si les gens qui sont sur ton île t'embêtent, une bonne scie pour couper son bout de terrain, et tu dérives :) La démo est bien rigolote, les dames très souriantes. Dommage que l'amabilité change au moment de vendre l'artisanat local :(

démonstration maquette d'une île flottante


île d'Amantani

C'est sur cette île que nous poserons nos sacs pour une nuit, hébergés par une famille de locaux : Roberto et Flora (3 touristes par famille, les parents et Mag sont avec Marta). Ils sont adorables, et ce sont eux qui nous font les repas : soupe de Quinoa, fromage frit, et pomme de terre du coin, et enfin infusion à la muña, plante que l'on trouve ici est qui est idéale pour les maux de ventre et les problèmes d'altitude. C'est vraiment très bon, mais aussi très copieux ! Sur cette île, les gens parlent Quechua, mais certains (comme tous les hôtes au moins) parlent espagnol, ouf !

soupe de Quinoa fromage frit et pommes de terre infusion de muña

maison de nos hôtes notre chambre

Attention à la tête, les portes sont petites ici, c'est mieux pour garder la chaleur.

petite porte

La vie là-bas est pas super évidente. Les gens sont pour la plupart agriculteurs, cultivent par exemple la Quinoa, et sont quasi végétariens car sur cette île il n'y a pas beaucoup d'animaux. Les maisons sont plutôt spartiates, car ils n'ont pas beaucoup de sous, les toilettes (critère indispensable pour pouvoir accueillir les touristes) sont au fond du jardin, et les familles les plus "riches" ont un panneau solaire pour donner de l'électricité le soir.

une poule avec des poils aux pattes notre famille d'accueil

Avec le reste du groupe, les plus valeureux montent tout en haut de l'île, au temple du Pacha Tata (Père Nature) pour avoir une vue magnifique sur le lac Titicaca. On assistera même au coucher de soleil avant de se faire saucer la gueule.

île d'Amantani colline de l'île montée au Pacha Tata

île d'Amantani vue d'en haut yeah ! lac titicaca

re lac titicaca coucher de soleil sur le lac

Le soir, petite fête organisée pour tous les touristes, et en costume local s'il-vous-plait. Sont pas beaux nos touristes ? Hein ? Ah pis ils sont contents !! Oh oui très contents ! :D

touristes en costumes traditionnels Magou en pleine action Perrine en une petite locale


île Taquile

Le lendemain nous quittons nos amis d'Amantani pour rejoindre l'île de Taquile. Mon dieu que ce bateau est lent !!

au revoir Amantani

L'île de Taquile et son peuple ont une histoire super intéressante, pour plus d'infos, cliquer ici. Mais en gros ils sont très réputés pour leur tricot et textiles classées à l'Unesco. Car ici ce sont les hommes qui tricotent. Ils portent tous des bonnets qui ont une grande signification : bonnet blanc et rouge : "je suis célibataire". Bonnet coloré : " je suis marié". Bonnet péruvien : "je suis chef". Les femmes quant à elles raconte toute une histoire en brodant des motifs sur leurs ceintures. C'est un système d'écriture finalement ancien et reconnu par tous les habitants de l'île.

fillette en costume arrivée sur la place principale

Nous marchons sur le sentier fait de montées et de descentes, avec l'altitude, c'est fatiguant. Une pause sur la place centrale, puis une descente de 500 marches pour retourner au port.
J'ai retenté de manger la truite du lac Titicaca, aucun souci cette fois-ci.

porte de l'île Taquile lac titicaca

vue de l'île de Taquile terrasses de l'île Taquile truite du lac titicaca

Ainsi s'achève notre navigation sur le plus haut lac navigable du monde. Magnifique !

vendredi 15 juillet 2011

Découverte de La Paz

La Paz est censée être une ville un peu risquée pour les touristes, et au risque de tuer le suspens, je peux vous rassurer : il ne nous est rien arrivé de louche ! Notre bus nous a lâchés devant le cimetière, nous avons trouvé un taxi, qui a fini par trouver notre hôtel, et nous voilà installés pour une semaine.

Pour résumer, La Paz, c'est ça :

Vue sur La Paz depuis El Alto

La capitale administrative du pays, perchée à 3600m d'altitude et coincée de toutes parts entre des collines. Peu importe dans quelle direction vous regardez, vous verrez des collines recouvertes de bâtiments en agglos (le crépi, c'est rare en Bolivie).

Place centrale Les pigeons, c'est universel ! Les pigeons, c'est universel !

Après avoir visité quelques musées, nous avons rapidement perdu Fanny et sa truite pas fraîche (cf. post précédent) et c'est donc avec Faustine que je suis allé visiter le cimetière principal (miam).


Cimetière principal de La Paz

Les Boliviens ont une approche assez différente de nous : pas question d'enterrer qui que ce soit ! Les cercueils sont d'abord placés pendant 10 ans dans des mausolées, puis incinérés, et les cendres sont ensuite placées dans des emplacements plus petits.

Cementerio central Cementerio central

Vu comme ça, on dirait des HLM, mais il faut savoir que les gens sont regroupés par profession (les professeurs, l'équipe de foot "the greatest", le syndicat des chauffeurs routiers X...), par famille ou par guerre (ci-dessus les victimes de la guerre du Chaco).


Vallée de la lune

Le lendemain, nous partons (toujours à deux) voir la vallée de la lune, ce qui nécessite d'attraper un colectivo qui va dans la bonne direction. Quelques explications :

La Paz regorge de ces minivans qui suivent des routes prédéfinies (chacune a un numéro), ils fonctionnent avec un chauffeur et parfois un collègue à l'arrière qui crie par la fenêtre la destination du van, ouvre/referme la porte et donne les tarifs (rarement plus de 2,5Bs soit 0,25€). Évidemment, ils roulent comme des fous et s'arrêtent n'importe où dès qu'un piéton souhaite monter ;-)

Il existe également les "truffis", qui fonctionnent de la même manière sauf que le véhicule est une voiture break. Plus les transports en commun sont petits, et plus ils vont vite car ils font moins d'arrêts pour prendre/déposer des voyageurs.

Vallée de la Lune Vallée de la Lune Le chemin a des petits airs d'Indiana Jones ;)

Bref, "à Rome, fais comme les Romains", en nous arrivons sans encombre à la vallée de la Lune : il s'agit d'un circuit dans une vallée de terre qui a été érodée au fil du temps, et ressemble désormais à une forêt de stalagmites parfois surmontées d'un rocher ! On y trouve aussi pas mal de cactus, et ce paysage désertique mêlé au silence qui règne n'est pas très rassurant...

Cactus locaux Cactus poilu !

Un rocher en équilibre

Pour la suite, c'était un peu la galère du transport : les rares minivans allant dans le village suivant étaient bondés, donc au bout d'une heure on a décidé de prendre un bus pour rentrer à La Paz... et je crois qu'il a largement dépassé les normes de sécurité en termes de remplissage !


Coucher de soleil

Comme la ville est tout en relief, on trouve de superbes points de vue pour observer le coucher de soleil comme ici le mirador Kiri Kiri (c'est un point chope agréé par la FIPC. Quand j'aurai le temps, j'éditerai une carte du monde des meilleurs plans chope !).

La Paz, by night

Allez, je vous ai même fait une vidéo d'un time lapse "manuel" ;)

Fichier vidéo intégré

- page 1 de 2