Partons !

A propos de nous | Nos trajets sur @trip | Bon à savoir | Nous contacter

Mot-clé - Patagonie

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 1 mai 2011

Au pays du glaçon

La première étape obligée en remontant l'Argentine, c'est El Calafate et ses célèbres glaciers.

Mais avant d'y arriver, il faut quitter la Tierra de Fuego : sortir d'Argentine, entrer au Chili et faire scanner ses sacs car il est interdit de faire rentrer des produits frais ; puis quelques heures après sortir du Chili pour re-rentrer en Argentine. Ajoutez à ça qu'une partie de la route n'est pas goudronnée, et voilà pourquoi on a fait 18 heures de bus... en journée, obligé.


Le glacier Perito Moreno

El Calafate n'a vraiment pas de charme, aussi on commence directement par le glacier Perito Moreno, facilement joignable en bus. La bonne blague, c'est que l'entrée du parc coûte 40 pesos pour les locaux contre 100 (17€) pour les étrangers... ils aiment bien pratiquer le double-tarif par ici.

Sur la route du Perito Moreno Sur la route du Perito Moreno


La première attraction consiste à prendre le bateau qui fait quelques centaines de mètres pour s'approcher au maximum du glacier. Celui-ci est célèbre car c'est l'un des seuls au monde à ne pas reculer !

Glacier Perito Moreno, vu du bateau Glacier Perito Moreno, vu du bateau


Il faut regarder l'objectif bordel, pas l'écran ! Un bout de glace tombé dans l'eau

Quand on a de la chance, on voit d'énormes pans de glace se détacher et s'écraser dans l'eau. Quand on a eu peu la lose, on attends 30mn avec l'appareil photo prêt à shooter sans que rien ne se passe, puis de gros morceaux de glacier s'effondrent dès qu'on remonte vers le parking.

Bref, je vous propose de jeter un coup d'oeil sur le blog d'une amie de Kristell, elle fait à peu près le même itinéraire que nous avec un peu d'avance et elle a eu un peu plus de chance ;)

Le second point de vue se situe en haut de la colline juste en face du glacier. La vue est à couper le souffle ! Ce n'est pas évident à rendre en photo, mais la taille du glacier est vraiment incroyable. Un jeu de passerelles permet de descendre au plus près du glacier sans risquer de projection de glace :

Vue sur le glacier Perito Moreno

Vue sur le glacier Perito Moreno Vue sur le glacier Perito Moreno


C'est toujours l'automne ici ! Vue sur le glacier Perito Moreno


Chute de glace récente ! Vue sur le glacier Perito Moreno



Tour des glaciers en bateau (Fanny)

Tout comme le Perito Moreno, il y a des centaines de glaciers dans ce parc appelé donc Parc National Los Glaciares. Fanny est donc allée se faire une croisière pour voir encore plus de glaciers et de mini-icebergs.
Première étape : le glacier Upsala qui a lâché tellement de bout de glace, que c'est impossible de s'en approcher, mais les morceaux énormes qui ont dérivés sont magnifiques, super bleu, c'est la cohue sur le pont du catamaran où tout le monde veut se prendre en photo. On remarque alors vite que les hispaniques sont presque aussi relouds que les chinois quand il s'agit de photo...
Le bateau s'arrête vraiment au plus près, c'est super ! On se caille, mais quel spectacle !

iceberg venant du glacier Upsala beau glaçon vu de près iceberg venant du glacier Upsala

Deuxième étape : le glacier Spegazzini que l'on approche de près. Je suis enfin heureuse, un énorme bloc de glace tombe juste devant nous, et j'ai pu le filmer ! Quelle sensation ! On comprend vite pourquoi les bateaux ne s'approchent pas trop finalement. Lui aussi donc lache des gros blocs de glace, dont un que l'on approchera et qui est mi-transparent mi-bleu-genre-mega-bleu, un régal pour les yeux.

glacier Spegazzini glacier Spegazzini vu de près magnifique iceberg mi-transparent et mi-bleu

Dernière étape : nous finirons par la face Nord du Perito Moreno, qui comme avant, se fait timide de la chute de glace (grr).

face nord du Perito Moreno Fanny devant la face Nord face nord du Perito Moreno 2

Pour les yeux, on a créé une galerie photo, parce que y'a tout plein de photos. Un gros coup de coeur donc pour ce parc !

Pour info, parce que je trouve ça intéressant : la couleur bleue magnifique des icebergs s'explique tout simplement : l'eau est transparente, tout comme la glace, mais c'est le reflet du lac (bleu comme la mer en fait) qui donne la couleur bleue aux icebergs, c'est tout simple, c'est juste une illusion d'optique, la glace n'est pas bleue.

jeudi 28 avril 2011

2012, la fin du monde ?

...Mais non c'est à Ushuaïa la fin du monde (roh... quel subtile double sens...).

En effet, les argentins sont fiers de dire qu'Ushuaïa est la ville du bout du monde (ou "fin del mundo"). Ce que je trouve étonnant, vu que la ville la plus australe est chilienne et s'appelle Puerto Williams...

Dans cette ville donc, on peut trouver plein de témoignages de ce qu'on peut faire à la fin du monde :

  • manger du chocolat du bout du monde (avec des churros :-p)
  • boire une bière du bout du monde (la Beagle, donc pas celle de la photo)
  • pratiquement tous les magasins de souvenirs y font référence
  • aller au musée de la fin du monde (ce que nous n'avons pas fait parce qu'on n'est pas très musées)
  • etc...

une bière au bout du monde musée de la fin du monde chocolat de la fin du monde

le cul du monde la dernière bitte (avec 2 "t" hein)

Bref toute une panoplie de choses à faire à la fin du monde. Même le lapin crétin aime se prendre en photo au bout du monde :)
Et autant dire que j'ai aussi le shooter de la fin du monde ! :D

Fanny à la fin du monde Francky à la fin du monde

la lapin à la fin du monde

lundi 25 avril 2011

Ushuaia

Si vous vous attendez à voir dans ce post des filles topless qui prennent une douche sensuelle, vous allez être aussi déçus que moi : cette ville ne tient aucune de ses promesses ! Bon, voilà quand même une photo pour compenser.

Ceci n'est pas une photo d'Ushuaia

La désambigüisation étant faite, je dois commencer par vous expliquer qu'Ushuaia se situe en Terre de Feu, cette petite région argentine située tout au sud du continent, et séparée du reste du pays par le bas du Chili - ce qui signifie donc que nous avons changé de pays, wouhou !

Carte du sud de l'Amérique du Sud


La ville

Ushuaia est une chouette petite ville de 60.000 habitants (la taille de la capitale du Laos donc...) accrochée à flanc de montagne au bord du canal de Beagle. On sent bien le côté ultra-touristique de la ville mais comme on arrive en fin de saison, c'est assez calme :)

Ushuaia

La fête de la bitte (avec 2 "t") Il est échoué depuis longtemps... Boutique de fringues


Comme toujours sur ce continent, on a la lose des dates, donc les pingouins qui nichent sur une petite île proche sont déjà partis (ils ont trop chaud... n'importe quoi !), les castors qui ravagent la forêt ne sont plus visibles parce qu'il fait trop froid et que tout commence à geler, mais bien sûr il ne fait pas asez froid et il n'y a pas assez de neige pour aller faire du chien de traineau.

On se rabat donc sur les deux grosses attractions restantes : la croisière sur le canal de Beagle et le parc national Tierra del Fuego.

Croisière sur le canal

Lever de soleil sur Ushuaia

Nous voilà partis à l'aube, il est 9h et le soleil commence à percer derrière les montagnes ; les levers et couchers de soleil sont souvent magnifiques ici ! Notre gros catamaran à touristes nous amène voir différentes îles peuplées de loups de mer et de volatiles noirs et blancs :

Canal de Beagle Canal de Beagle Le bateau s'arrête à quelques mètres !


Canal de Beagle

Bon, évidemment, je vais encore me plaindre du temps mais c'était vraiment pourri : alors qu'on voyait le soleil percer sur Ushuaia, on était sous les nuages à essayer de faire des photos sans noyer les appareils... pas facile !

L'île Bridges Ils sont toujours dans le même sens ! Canal de Beagle


Retour à Ushuaia


Parc national Tierra del Fuego

entrée du parc Tierra del FuegoComme tout autour de la ville, les couleurs du parc national sont magnifiques ! Il y a les arbres rouges/oranges/jaunes, les lacs et les montagnes enneigées en fond, bref c'est chouette.


belle vue toutes les couleurs d'automne

toutes les couleurs d'automne 2 arbres morts

On se fait une petite balade dans la forêt (voyez la randonnée continue, grâce à vous...), espérant voir au moins un fameux pic-vert noir à la tête rouge, on le voit bien les arbres sont tous troués, mais bien sûr nous n'en verrons pas la queue d'un... grrr...
Cela dit on voit ces aigles, étonnants.

aigles patagoniens aigles patagoniens 2

Reste que les paysages sont magnifiques, mais la balade dans la gadoue un peu monotone.

jeudi 21 avril 2011

Parc National Torres del Paine

Après notre vol de remplacement, nous avons enchaîné 3 heures de bus pour atteindre la ville de Puerto Natales, point de départ du très célèbre parc Torres del Paine. Maintenant qu'on est équipés en vêtements, il ne nous reste plus qu'à planifier le trajet, réserver les refuges et acheter à manger. Vu les prévisions météo et notre endurance au trekking de montagne, on décide de tenter le circuit W, mais sans la branche de gauche... une sorte de circuit µ.

Torres del Paine W Circuit

Torres del Paine W Circuit

Impressions de Fanny :

La pression est à son comble la veille du départ, des questions se bousculent dans ma tête : est-on suffisamment équipés ; vais-je réussir à avoir la force de tout faire ; j'espère que le beau temps sera de la partie ; j'espère que le vent ne soufflera pas trop fort, etc... Tout ça me fait stresser avant même d'avoir commencé.

Vous pouvez retrouver l'intégralité des photos dans la galerie "Torres del Paine" et sur le trajet en ligne a-trip !


Jour 1

Notre bus démarre à 7h30 pour nous emmener à l'entrée du parc, d'où une navette nous emmène au refuge Las Torres, qui est le point de départ de notre périple. Seul bémol : le bus nous dépose à l'hôtel parce que le refuge était censé être fermé, mais non il a réouvert pour la semaine, donc on doit rebrousser chemin, et on n'est finalement prêts à partir qu'à 11h15.

Le problème, c'est qu'on a théoriquement 9h de marche à faire jusqu'au panorama des torres, et que le soleil se couche à 19h30... Même pas peur, on est motivés et le temps est superbe !

Bon et pis si on n'arrive pas à aller tout en haut (la montée est rude), on fera le maximum, il ne faut rien regretter surtout.

Vers le mirador de las torres

On traverse une vallée encaissée entre deux montagnes, sur des graviers, dans la forêt, à traverser des ruisseaux... pas facile, mais on tient le bon rythme jusqu'à arriver au pied du point de vue : il nous reste 800m d'ascension un peu raide à faire.

Le sentier se transforme alors en grosse caillasse en on doit finir la montée dans la neige fondue à cause du passage des randonneurs... c'est assez casse-gueule, mais la vue se mérite !

Vers le mirador de las torres

Vers le mirador de las torres

Une fois arrivés, la vue est saisissante ! On est en face des trois "tours" qui donnent leur nom au parc - le Paine étant une rivière qui se jette dans le lac du même nom, en contrebas. Malheureusement on n'a pas trop le temps de refroidir, car il faut refaire tout le circuit en sens inverse !

Torres del Paine

Las Torres et le lac

Le soleil se fait de plus en plus rasant sur les arbres déjà jaunis/rougies par le début de l'automne, et on sent bien que la température chute rapidement ! Heureusement dans ce sens, c'est majoritairement de la descente, et on arrive bien dans les temps au refuge. 19,6 km en 7h30 : on est plutôt contents de nous ! Fanny n'a même pas juré pendant la marche, ce qui est assez bon signe.

Retour vers le refuge Las Torres

On a vu pas mal de touristes qui faisaient du camping car il y a pas mal de terrains dans le parc, ça a l'avantage certain d'être plus rentable (on paie environ 30€ un lit de refuge... sans les draps), mais impose de trimballer tente et matelas sur soi... Vu les températures actuelles et notre endurance physique, on a préféré laisser ça aux sportifs motivés :) Cela dit, on porte notre propre bouffe de 3 jours sur le dos (il est aussi possible de diner dans les refuges moyennant 16€). ça fait son poids mais ça fait aussi des économies


Jour 2

Miss poncho Le second jour est plus light, on est censés rejoindre le prochain refuge en longeant le lac en 5 heures. Le temps est plutôt maussade et on se fait rincer sur la première partie du trajet, les sentiers se transforment alors en petits ruisseaux et invoquent... miss poncho !! Mais par chance le ciel se dégage un peu à partir de midi :

Vers le refuge Los Cuernos

Lago Amargo

Aujourd'hui c'est plutôt Francky qui râle à cause du mauvais temps ! Limite il serait prêt à faire demi-tour. A part ça, le chemin soi-disant facile ne l'est pas tant que ça, je trouve que ça monte beaucoup trop pour un chemin censé être "plat"... Ou alors ce sont les 8h de marche de la veille dans les jambes et les 4 kg du sac-à-dos qui me font avancer moins vite.

A l'arrivée, c'est les rafales de vent qui nous balaient et qui font craquer le refuge toute la nuit... même le lit superposé a la tremblotte par moments !


Jour 3

La nuit a été affreuse, les rafales de vent faisant monter le stress à son maximum quant à la difficulté de la randonnée du jour. Comment le vent peut-il souffler aussi fort, encore plus fort qu'un bon vieux Mistral en grande forme. J'ai pas envie de m'envoler moi !

Là, ça devient compliqué... le temps devient carrément merdique, la vallée des Français (le centre du W) est carrément dans la purée de pois, et le vent refuse de se calmer. Puisqu'on ne verra plus rien du paysage, on décide de rentrer dans la journée au lieu de passer une nuit supplémentaire dans le parc. Problème : le jour se lève bien plus tard qu'annoncé, et on voit difficilement comment on pourra faire les 5h de marche jusqu'au camping Pehoé d'où part le seul bateau de la journée à 12h30.

On décide donc de refaire le trajet de la veille en sens inverse (avec le vent dans le dos donc, ce qui aide pour les montées) afin d'avoir la navette, qui part plus tard du côté de Las Torres. C'était vraisemblablement une bonne idée puisqu'il a fait un temps vraiment pourri sur tout le chemin, et qu'on est arrivés complètement trempés à la fin du sentier. Au final, notre trajet a plutôt ressemblé à ça :

Notre trajet dans le parc Torres del Paine

En conclusion, le parc Torres del Paine vaut largement le coup d’œil, mais surtout si le beau temps est au rendez-vous ! On a malheureusement dépassé la fin de l'été ici et de nombreuses sorties deviennent infaisables à cause du climat, ou parce que les animaux ont déjà migré vers d'autres latitudes... Notre circuit dans ce parc aura donc plutôt ressemblé à un L à l'envers.