Nous n'avons pas passé plus de 2 jours entiers à Wein (ou Vienne en français), mais c'est une ville agréable. J'avoue quand même avoir préféré le charme de Salzbourg.


Château de Schönbrunn

Nous n'avons bien sûr pas manqué le fabuleux château de Schönbrunn, le palais d'été de la famille royale (et notamment de la fameuse Sissi), depuis devenu une attraction touristique. Il n'est plus habité depuis la chute de la monarchie en 1918, fin de la première guerre mondiale.
Nous apprenons beaucoup de la vie sur place, on voit les belles décorations, l'explication de chaque pièce, etc... Une visite de château quoi.

Schönbrunn

Nous avons également profité du froid et des beaux jardins (ça doit être plus joli quand c'est fleuri), une bonne balade et un bon bol d'air frais.

Schönbrunn vu de loin oh mais c'est magnifique coeur

jardins de Schönbrunn Schönbrunn vu d'en haut

Nous avons acheté le billet combiné avec les appartements de Sissi qui sont en centre-ville. Après une trop longue découverte de toute la vaisselle de la famille royale - celle-ci offerte par la France ; celle-ci offerte par l'Allemagne ; la porcelaine, l'or, l'argenterie et j'en passe - nous accédons aux pièces de vie (et oui on a vu les toilettes dauphin de la princesse Sissi). C'est ici qu'on en apprend beaucoup sur Sissi. Et bien au final ça vie ne fait pas rêver du tout...
Sissi (son prénom est Elizabeth, née en 1837) s'est mariée à son cousin Franz Josef (oui comme le glacier), un amour mutuel, mais lui était censé se marier avec la soeur de Sissi, ça commence pas d'un bon pied pour les relations familiales. Mais très vite, cette passionnée de nature très timide n'a pas l'air d'aimer sa vie, et encore moins sa belle-mère l'archiduchesse Sophie qui était dans ses pattes tout le temps. Elle l'empêchait de voir ses 2 premières filles Sophie et Gisèle, lui mettant la pression pour avoir un fils, car c'est ce que font les dames de la royauté... Sympa l'ambiance....
Cela ne s'est pas arrangé quand Sissi a insisté pour emmener ses 2 filles ainées en voyage en Hongrie, contre l'avis de sa belle-mère, et malheureusement la fille ainée Sophie alors agée de 2 ans mourut des suites d'une maladie attrapée durant ce voyage. S'en suit un léger problème de culpabilisation...
Sissi donne enfin naissance à un fils, Rudolf, mais celui-ci se suicidera bien des années après, à l'age de 30 ans. Elle ne s'en remettra jamais !
C'est finalement en 1898 qu'elle trouvera le soulagement de sa vie (c'est pas moi qui le dit, mais sa fille) lors de son assassinat à Genève par un anarchiste du nom de Luigi Lucheni qui voulait d'abord tuer le duc d'Orléans mais n'y étant pas arrivé, s'est dit qu'il fallait à tout prix qu'il tue une célébrité. Il a entendu que Sissi était en ville, c'était son opportunité, il l'a poignardée.

Enfin bref, une vie pas tellement conte de fées...

appartements de Sissi


Dans les rues de Vienne

Nous avons également pu visiter plusieurs églises, de beaux monuments, la cathédrale St-Étienne, manger une Sacher Törte dans le Sacher Café dans le quartier de l'opéra (moment traumatisant pour certains tant c'était prout prout. Sinon la Sacher Törte c'est un très bon gateau au chocolat avec de la confiture au milieu), le quartier des affaires, bref dans cette ville il y a quelque chose à voir à tous les coins de rues, on ne s'ennuie pas.

église cathédrale St-Étienne

église jésuite belle verrière beau batiment que je sais pas ce que c'est

beau batiment Sacher Törte

Nous avons également visité les tombes de la famille royale. C'était un peu le combat de la tombe la plus chargée, jusqu'à une restriction de budget :)

tombe 1 tombe 2 tombe 3

tombe boum boum

Fin de journée à la fête foraine du Prater dont la grande roue est le symbole de la ville. Ambiance "Bienvenue à Zombieland" sous la pluie et seuls dans les méandres des attractions...

chaise volante mais qui volent pas pour le moment grande roue il fait peur

réflexion grande roue bis

Tout ce serait bien passé si l'avant dernière nuit dans notre auberge, nous n'avions pas trouvé des punaises de lit dans le dortoir... Pour ma part j'en ai explosé 2, BS une.
Faut pas rigoler avec les punaises de lit car si t'en ramène une chez toi, ou juste des oeufs, bon courage pour t'en débarrasser. C'est alors qu'à 2h du matin, branle-bas de combat, on met toutes nos affaires à laver à 60°C pour tout tuer, il faut se laver les cheveux, et changer de chambre une fois qu'on est bien tous propres. Heureusement les gens de l'auberge étaient sympas et plutôt embêtés... Nous avons eu les machines à laver gratos, des verres offerts au bar, et le petit dej offert. Ca nous a bien pris la nuit et toute la matinée pour avoir le temps de tout laver...
BS et moi étions les 2 sur les lits en bas, les autres étant sur les lits superposés mais en haut. Le lendemain je me suis retrouvée avec 35 piqures, dont pas moins de 15 sur le visage. J'étais ravie... Pis surtout, pourquoi j'étais la seule à avoir était piquée ?? Comme pour l'Australie, je suis un bon indicateur de bestiole, je réagis tout de suite. Finalement BS aura aussi pris cher, mais cela n'apparaitra qu'une semaine plus tard de retour en France, où il s'apercevra qu'il a au moins plus de 50 piqures (il a arrêté de compté).
C'est fou quand même : un an de tour du monde, et pas de pb de bestioles dans les lits (sauf en Australie dans mon sac de couchage), et c'est en Autriche, pays super clean qu'on a eu ce pb... Remarque les punaises de lit n'est pas signe de mauvaise hygiène, et n'est pas vecteur de maladie. C'est juste envahissant à mort, et surtout super urticant !! C'était une torture après de marcher avec 3 piqures sur les doigts de pied !!