La Turquie est un pays où la vie semble couler comme un long fleuve tranquille. Mais son Histoire n'en a pas toujours été ainsi, et le futur éspérons-le restera paisible (pas facile vu les pays frontaliers et les conflits endormis qui pourraient se réveiller). Voici quelques anecdotes notées au fil de notre visite :

  • 2.23 lires turques ~= 1€
  • il y a plus d'habitants à Istanbul qu'à Paris et sa région réunis ! Autant dire que la circulation stambouliote est un cauchemar.... Il y a bien un métro, mais il ne passe pas encore sous l'eau (Bosphore, Corne d'or).
  • amis végétariens, ce pays n'est pas fait pour vous ! Ils mangent beaucoup de viande, surtout beaucoup de mouton (viande forte, certains dirons que ça sent les aisselles)... Bien sûr il y a des Kebap à tous les coins de rues.
  • nous avons trouvé la variété de cuisine moins importante qu'en Grèce. Ici : viande, concombre, tomates, olives en majorité. A noter que la cuisine est parfois fort épicée (piments), mais aussi des épices douces comme le cumin, la poudre de grenade, et aussi menthe, coriandre. Le pays est aussi producteur de miel, ma foi très bon.
  • la conduite turque est plutôt de type "impatiente". On se fait klaxonner avant que le feu ne passe au vert pour démarrer plus tôt. En fait globalement, on se fait klaxonner pour un oui ou pour un non : "bonjour", "avance", "dégage", "attention j'arrive", etc...
  • les turques sont souvent très gentils ! Bon nombre de fois, on s'est vu offrir le thé (tchaï ou çai en turc), souvent de l'apple tea (délicieux), et aussi le fameux café turc, où il y a autant de marc que de café.
  • le pays est en majorité musulman, il ne faut donc pas oublier les boules Quiès si vous ne voulez pas être réveillé à 5h (voire 4h30 !) tous les matins
  • beaucoup de chats et chiens se baladent en liberté dans les villes. Les turcs aiment bien les nourrir.
  • les turcs adorent les enfants
  • l'écologie n'est pas leur priorité. Beaucoup de déchets dans les espaces verts (surtout après un barbec un dimanche après-midi), et il suffit de survoler Istanbul pour remarquer que la mer est parfois plus rouge que bleue à cause des délestages d'essence ! Avec 4500 bateaux qui passent par le détroit du Bosphore par jour, pour relier la mer Méditerrannée -> mer Marmara -> mer Noire, difficile de garder une eau limpide. Ils se font taper sur les doigts par Greenpeace.