Partons !

A propos de nous | Nos trajets sur @trip | Bon à savoir | Nous contacter

mercredi 2 mai 2012

Spéciale Acropole

Ce mercredi, c'était visite de l'Acropole ("ville haute" en Grec). Bon, les bâtiments ont pris cher au fil des guerres : le Parthénon est devenu cathédrale, puis mosquée, puis s'est fait bombarder...

Ensuite, tout ça a été restauré, mais avec des malfaçons structurelles, ce qui fait que tout est à nouveau en restauration depuis une bonne dizaine d'années !

Théâtre de Hérode Attico Acropole Acropole

Acropole Acropole Acropole

La visite s'est poursuivie avec le site de l'agora grecque (une sorte de "place du marché" antique) et par le musée de l'acropole, qui conserve un grand nombre de pièces issue du site original.

L'agora grecque Reconstitution de l'acropole

Et enfin le soir, c'est BS qui nous a rejoints pour aller contempler le monument du toit de l'auberge !

Sur le toit de l'auberge Sur le toit de l'auberge

Sur le toit de l'auberge

mardi 1 mai 2012

Un peu de marche

Pour ces deux premiers jours (dont un férié, puisqu'on est le 1er mai), nous avons commencé à visiter la capitale à pieds. C'est assez facile, car les distances sont réduites, mais le soleil est brûlant et on doit se déplacer d'une zone d'ombre à l'autre !

Évidemment, on commence avec la relève de la garde devant le parlement, où les gardes font des enjambées assez étranges avec leurs chaussures à pompons... pas très inquiétants pour des gardes.

Relève de la garde Relève de la garde Relève de la garde



Le circuit classique se poursuit avec le musée national d'archéologie : vases, statues, bronzes, bon c'est un peu répétitif au bout d'un moment, mais ils ont une collection assez énorme :

Musée national d'archéologie Musée national d'archéologie Musée national d'archéologie



On enchaîne avec l'ascension de la colline Lycabette en plein soleil, pour avoir une vue sur l'Acropole (litt. "la ville haute") depuis une altitude de 277m. Pas dégueu !

Vue sur l'Acropole Vue sur l'Acropole.

On finit par le Zappéion, reconverti en centre de conférence, et le temple de Zeus à la lumière du soleil couchant.

Zappeion Temple de Zeus triomphant Temple de Zeus triomphant

Le lendemain, comme c'est le premier Mai, y'a pas grand chose d'ouvert. Alors c'est visite à pied dans les rues d'Athènes.
On commence par longer le sud de l'Acropole, avec petit promontoire qui jouit d'une superbe vue.

Théâtre de Hérode Attico Vue sur la colline Lycabette Vue sur Athènes

Acropole

Quartier Monastiraki : quartier du marché aux puces, grande station de métro, rues pavées.
Quartier Plaka : petites ruelles, échoppes à touristes et jolies façades.

Merci les sous-titres en Latin Dans les rues d'Athènes Plaka

lundi 30 avril 2012

Arrivée à Athènes

Arrivée sans encombre à Athènes, dans notre petit appart hotel pour 4 personnes, situé en plein centre ville, à 2 pas de l'Acropole et du Parlement.
Comme dans chaque pays qui n'a pas le même alphabet que nous, on sait qu'on va en chier. On essaie de déchiffrer lettre par lettre tous les mots, en essayant de se remémorer nos cours de maths et de physique pour reconnaitre les lettres, mais en plus la prononciation diffère, dur dur.
Petite bière de bienvenue, traditionnelle, pour préparer le programme de nos vacances (crise oblige, la bière est à 5€, ça ne choque pas les parisiens, mais nous ça nous surprend).

Grec vs. Anglais notre appart athénien bière de bienvenue

Après avoir passé 2 mois sous la pluie presque continue à Rennes, mon dieu ce que ça fait du bien d'être à minuit juste en t-shirt et en tong !! Il fait beau, il fait chaud, ça sent bon les chouettes vacances.

mardi 18 octobre 2011

Bilan de Florent

Ca y est, 2 mois après le voyage, je dresse mon bilan ! Il était plus que temps, parce qu'après tant de temps on a l'impression de ne jamais être partis. La seule chose qui nous le rappelle, c'est qu'on a encore plein de choses à aménager dans la maison, et donc encore quelques mois avant d'être enfin complètement installés !

Pour cet exercice, j'ai utilisé les mêmes rubriques que Fanny mais sans regarder ses réponses, donc on abordera peut-être ces points avec des angles différents... Ca a pris pas mal de temps à rédiger.


J'ai aimé

De manière générale, j'ai aimé avoir pris le large et abandonné la routine quotidienne : pas d'impératif, pas besoin d'aller au boulot, même pas besoin de se faire à manger, on pouvait vraiment faire ce qu'on voulait et ajuster notre calendrier de visites au gré des envies. Mais ce que je préfère, c'est pouvoir dire que :

  • J'ai escaladé les montagnes sacrées en Chine
  • J'ai fait du vélo au milieu des rizières laotiennes
  • J'ai survécu à la circulation de Phnom Penh
  • J'ai caressé des tigres en Thaïlande
  • J'ai planté la tente près des kangourous australiens
  • J'ai fait un mois de road trip dans un van de hippie dans toute la Nouvelle-Zélande
  • J'ai conduit un Quad sur l'île de Pâques
  • J'ai observé les étoiles dans le désert d'Atacama
  • J'ai partagé un maté avec des Argentins
  • J'ai fait un pique-nique pâté/vin rouge au sommet de la Isla del Sol, au milieu du lac Titicaca
  • J'ai marché sur les traces des Incas au Pérou

monts embrumés la vache et le paysage Vue sur l'un des marchés de Phnom Penh

Tigres de Chiang Mai kangourous à Pebbly beach sont beaux

IMG_2776__Large_.JPG La Voie Lactée Francky boit le Maté

IMG_5205__Large_.JPG Machu Picchu et ses fleurs


Je n'ai pas aimé

Clairement, les 5 jours à Moscou étaient assez décevants : on n'a pas réussi à briser la glace avec les locaux, et la fête de la ville dans un climat ultra-sécuritaire n'était pas super agréable. Le trajet en transmongolien était aussi plutôt long et pas super intéressant pour un coût énorme, ce qui fait qu'on aurait largement mieux fait de commencer par Beijing et utiliser ces gros budgets pour des pays plus sympas.

Je n'ai pas trop aimé les hippies voyageurs - il faut savoir que les plus obstinés d'entre eux parviennent à amener une guitare jusqu'au fin fond du Laos :D

Après, il y a tout ce qui nous a manqué :

  • Très vite, les soirées entre amis et les week-ends en bord de mer
  • La famille
  • Le confort : les matelas d'auberges de jeunesse sont rarement bons et on était souvent en dortoirs ou lits séparés
  • La stabilité : changement d'adresse tous les 3 jours, avec toutes les affaires sur le dos !
  • Les projets : à part les visites, impossible de prévoir quoi que ce soit avant le retour en France

Pour la suite, je suis un peu obligé de changer l'ordre des rubriques pour que ça prenne plus de sens.


J'ai appris

... plusieurs choses en tour du monde ! Mais voici l'essentiel.


L'absence d'actualités françaises

C'est testé et approuvé : on vit beaucoup mieux sans être abbreuvés de "nouvelles" déprimantes à longueur de journée. Depuis qu'on est rentrés, la télé et les journaux nous ont râbaché tellement souvent que c'était la crise en Europe que je ne comprends même pas comment l'Euro vaut encore plus qu'un Peso chilien...

Aujourd'hui, je ne suis plus abonné au flux RSS du Monde.fr, je fuis les infos à la télé autant que possible et tout va mieux ;-)


Les achats

4° jeu-concours Ce qui est tout de suite frappant, c'est qu'au bout d'un mois on a envie de faire du shopping. Pas spécialement des souvenirs non, mais on se rend compte qu'on est habitués à acheter des choses et que ça nous manque ; et avec un sac plein qu'on doit porter sur le dos, ça devient tout de suite impossible. Seconde leçon : on est donc conditionnés à acheter régulièrement - mais ça se perd au bout de 2 mois.


Tout est possible

Quand on parlait du voyage avant de partir, on a beaucoup entendu "Wow, je ne pourrais jamais faire ça". En fait, si.

L'être humain étant un animal routinier, ça nous demande un gros effort de sortir de notre zone de confort. C'est d'autant plus vrai qu'il faut s'occuper du logement, résilier tous les abonnements, déménager, laisser ceux qu'on apprécie derrière nous etc. Pourtant, ce n'est plus ou moins qu'une question de motivation : on a vu des gens traverser l'Europe et la Mongolie à vélo, d'autres voyager en Asie pendant 3 ans, ou encore acheter un van et vivre dedans pendant 3 mois en faisant des petits boulots - ce qui me semble bien plus intense que notre voyage de touristes.

IMG_1367__Large_.JPG Alors évidemment tout ne se passe pas comme prévu, il y a des galères comme des belles rencontres, des temps pourris ou des paysages merveilleux, mais tout départ n'est qu'une question de motivation et de sacrifices pour peu qu'on ait un peu d'argent. Au final, c'est une expression que je trouvais stupide quand j'étais petit, mais qui a pris son vrai sens cette année : "quand on veut, on peut".

Et ceux qui en ont pleinement conscience peuvent faire ce qu'ils veulent !


Ce que je regrette

Je me pose la question de savoir ce qui a changé après ce voyage, et le constat est en demie-teinte :

D'abord, je me rends compte qu'en revenant dans le même environnement (ville, travail, fréquentations...) qu'avant le voyage, on reprend nos vieilles habitudes à une vitesse incroyable, à tel point qu'un an de voyage semble déjà n'avoir jamais existé. Où est passé le café que je buvais sur les hauts plateaux du Laos ? A quoi ressemblait Shanghai depuis le 42e étage de notre hôtel ? Et le goût de la pavlova australienne ?

Café pas lavé, il faudra encore le trier après séchage ! Après ces grandes leçons apprises en voyage, je retrouve tout ce qui nous fatigue et nous empêche de bouger ; la flemme du quotidien à laquelle on a pu un moment échapper et qui devient d'autant plus flagrante maintenant. Toutes les idées de projets qu'on avait eues à l'étranger viennent s'entasser sur la longue "TODO list" de choses à faire quand on aura le temps, un jour (à commencer par ce post).

Ce qui est le plus dur, c'est qu'en voyage j'étais de plus en plus impatient de revenir en France (fatigue, confort etc.), alors que maintenant je ne suis pas vraiment satisfait d'être rentré ; comme quoi on n'est jamais content de ce qu'on a !

Peut-être qu'après un an de préparatifs et un an de voyage, il faut de nouveau un an pour se réhabituer à vivre à nouveau chez soi et considérer comme un "bon week-end" le fait de faire les magasins et fixer une nouvelle étagère... avant de préparer le prochain voyage ? ;-)

dimanche 4 septembre 2011

Bilan de Fanny

Maintenant place à un bilan plus personnel.
Pour ma part, cette expérience a été super ! Je ne me rends pas encore bien compte de tout ce que nous avons vécu... Mais je peux quand même dire les choses qui m'ont plu et celles qui m'ont déçu.

J'ai aimé :

  • mon top 1 reste bien sûr les Pandas Géants !! C'était mon rêve, j'ai pu le réaliser, et en plus papouiller un petit trop meugnon ! Je ne l'oublierais jamais.
  • mes pays favoris : dans l'ordre de préférence : l'Argentine, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, le Laos
  • les peuples du Cambodge, du Laos, du Pérou, de l'Australie et de la NZ
  • les chutes d'Iguazu, et surtout la belle surprise du parc des oiseaux où on voit des toucans de super près
  • les plages de ouf de l'île des Pins (mon petit paradis sur Terre, et encore parait que y'a plus joli dans le coin).
  • Escalader le glacier Franz Josef, faire du Buggy dans le désert péruvien, faire du scooter dans les campagnes laotiennes (et éviter les poules)
  • faire du quad à l'île de Pâques
  • manger du Cuy (cochon d'inde) et voir la tête de Perrine quand il arrive dans l'assiette
  • tout mon voyage en fait :-)

J'ai pas aimé :

  • les russes
  • les chinois qui crachent et qui se bousculent, courent pour prendre leur train (sinon j'aime bien les autres chinois, ils sont extraordinaires)
  • l'ambiance bizarre qui règne en Nouvelle-Calédonie
  • les systèmes de sécurité dans les aéroports, ils sont super "pètent couilles", bientôt on sera obligé d'y aller à poil et sans bagages !

Je regrette :

  • ne pas avoir vu de baleine en Argentine/Chili (je reviendrais)
  • ne pas avoir fait de swing jump en NZ
  • avoir fait Koh Phi Phi au lieu de Koh Lanta en Thaïlande
  • avoir eu un train chinois au lieu de russe pour le Transsibérien
  • avoir raté la croisière qui relie le sud du Chili avec la Patagonie
  • qu'il y ait écrit "Portefeuille" sur mon front dans les pays d'Asie et en Bolivie/Pérou

Je ne regrette pas :

  • avoir insisté auprès de Francky pour aller à l'île de Pâques
  • avoir fait le Torres del Paine, malgré la météo
  • avoir fait la NZ en van
  • cette épopée dans l'Altiplano avec Javier notre chauffeur bourré et une tempête de neige qui a rendu les paysages magnifiques
  • avoir fait le Paraguay, même si touristiquement il n'y a pas encore beaucoup d'infrastructures, c'était sympa de voir un pays de plus, et une population différente
  • avoir scruté pendant des heures tous les arbres du parc des chutes d'Iguazu pour au final voir enfin un toucan sauvage magnifique

il est beau mon toucan

Ce qui m'a étonné :

  • en Chine, quasiment tous les 2 roues sont électriques, c'est le seul pays où nous avons vu ça
  • la taille des muffins en Australie !
  • l'hôpital chinois à la frontière laotienne, dans une toute petite ville, était super bien équipé, moderne et tout.
  • l'inflation en Argentine
  • il n'y avait même pas de bouteille d'oxygène en Bolivie, alors que nous sommes montés jusqu'à 5200m. De même, pas un seul système GPS ni une radio dans la 4x4
  • le prix faible de la bouffe et des logements en Asie et en Bolivie

J'ai appris :

  • les opossums sont un fléau en NZ, tout comme les kangourous en Australie
  • ce qui s'est vraiment passé pendant la guerre Khmers Rouges
  • que les frontières laotiennes étaient fermées aux touristes jusqu'en 1995
  • les peuples de l'Asie du Sud-Est (hors Chine) sont vraiment adorables
  • il ne vaut mieux pas que je boive de boisson trop fraiche et avec trop de glaçons
  • y'a une méchante bactérie qui traine en Bolivie
  • voyager seule (au féminin), je ne le ferais plus

- page 3 de 86 -