Partons !

A propos de nous | Nos trajets sur @trip | Bon à savoir | Nous contacter

lundi 13 septembre 2010

La viande c'est la force

Voilà l'occasion d'innaugurer notre tag "Oh my god what the fuck?!".

Dans le transsibérien, peu avant de sortir du territoire mongole, un jeune vient regarder la place qu'il reste sous les banquettes et nous amène un papy chinois avec ses deux gros sacs (on ne sait pas trop quand il est monté).

Une fois arrivé au poste frontière, la douanière mongole, en voyant le passeport du papy, demande immédiatement à inspecter ses bagages (tous les agents des postes frontières montent à bord du train, on n'a jamais à descendre). Et c'est lorsqu'il ouvre ses sacs qu'on découvre, odeur à l'appui, qu'ils sont pleins à craquer de viande soigneusement emballée dans des sacs congélation !!

Evidemment, ce n'est pas super légal, mais un petit billet à la douanière suffit à débloquer la situation. Seul problème : une fois la douane passée, papy voulait remettre sa viande juste sous ma banquette pour la nuit (info utile : il faisait 25°c). Je n'ai pas vraiment réussi à le convaincre que ce serait sympa de la mettre ailleurs, il a fait du forcing pour la remettre sous la banquette. Finalement c'est le chef de wagon qui a débloqué la situation en faisant dormir papy et sa barbaque dans la cabine à côté.

Comme quoi la notion de chaîne du froid, c'est assez subjectif :)

L'expérience Transsibérien

On peut dire que ça c'est de 'expérience unique. Il sera difficile de faire mieux que 6 jours complets dans un train, non-stop.

Tout d'abord, nous embarquons de nuit à Moscou, avec bcp d'autres touristes. Il y a très peu de Russes qui font le trajet. Nous avons droit à un train chinois, avec un équipage chinois, qui eux parlent un poilounet anglais (non négligeable pour l'article suivant).

Le transsibérien à Moscou notre cabine

Il y a la découverte de la cabine. Nous avons de la chance, nous ferons la plus grande partie du trajet qu'à 2 dans une cabine de 4 !
Il y a la découverte du wagon : 3 chinois à notre service, une arrivée d'eau chaude pour tout le wagon, un toilette pour tout le wagon..., le chauffage au charbon, quelques fenêtres salent qui se descendent quand le chinois le veut bien.

la fournisseuse d'eau chaude tchin

Ensuite il y a les nombreux arrêts (il y a un planning dans le couloir), où beaucoup de mamas vendent de la nourriture, des boissons, et quelques souvenirs. Les touristes se ruent dessus à chaque fois. De notre côté, on a fait beaucoup de courses avant à Moscou, alors comme il y a une bouilloire d'esu chaude dans chaque wagon, nous nous mangeons pas mal de noodles (nouilles instantanées), purée instantanée, salade maïs thon, et on s'essaie même à la soupe instantanée russe, super dégueux, même que Francky la videra dans l'évier, ce qui aura pour effet de le boucher, le petit chinois responsable du wagon il est pas content du tout ! (on peut dire qu'on a fait une Hermes, pour les gens qui connaissent).

les vendeurs pendant les stops

Et puis il y a le temps qui passe. Il ne faut surtout pas oublier son jeu de cartes (nous n'en avions pas), et d'avoir ses batteries rechargées à bloc (ce n'était pas notre cas ; il y a bien des prises dans le couloir, mais c'est du 48V en DC). Car le temps est long. Du coup, pour s'occuper, on lit le seul bouquin que j'avais amené et qui aura duré 1/2 journée... ; on prépare la Chine : il a un lonely planet de 900 à se palucher ; on regarde pas la fenêtre, tentant de prendre des photos pas trop crades derrière une vitre, elle, super crade !

on s'occupe comme on peut maison typique de campagne

Et puis on fait connaissance avec les autres touristes qui voyagent. Nous rencontrerons donc un couple d'Australiens d'une 40aine d'années, qui eux ont un jeu de cartes (on leur apprend l'escalier) ; ou encore le groupe de suédois de la 60aine qui font beaucoup de bruit, font caca à côté des toilettes, ne nettoient pas la cuvette, bref ceux-là on les aime pas.
Nous aurons aussi un couple de Russes squatteurs pour la nuit, à qui ne nous parlerons pas puisqu'ils ne parlent pas un mot d'anglais, et pis de toute façon il ne veulent pas nous parler. Le gars ronfle et pète en dormant, le pied.

le désert en Mongolie

Et enfin nous rencontrerons un Coréen super sympa en Mongolie (qui se verra descendre à la frontière pour non-visa), et nous aurons des bribes de conversation avec lui, tant bien que mal. Il nous offrira plein de bouffe. Vraiment gentil !
Et il y a aussi les très longues attentes aux frontières : 4h entre la russie et la mongolie, et 5h30 entre la mongolie et la chine. Pour celle-là il faut changer les roues de tous les wagons ! Les Russes et Mongols ne sont pas aux normes...
Et rajoutons pour finir une TPF : un vrai repas dans un wagon-restaurant dans un train !

changement de roues entre chine-mongolie premier repas dans wagon-resto

Les paysages qui défilent varient tout au long du voyage. Il y a d'abord les forêts de bouleaux et de sapins en Russie, avec de temps en temps des villages aux maisons en bois (typique), ou encore le désert incessant de Mongolie, et enfin les superbes montagnes et rivières en Chine, ponctuées de nombreux tunnels.

Les montagnes chinoises

Mais il est sûr d'une chose, ce trajet nous ne l'oublierons jamais !!

Petit bilan

points positifs :

  • Les rencontres
  • les paysages qui défilent
  • l'insolite

points négatifs :

  • l'odeur des toilettes (notre cabine était juste à côté, donc dès que quelqu'un oubliait de fermer la porte des chiottes, bonjour l'odeur)
  • l'odeur du charbon

Je vous laisse regarder notre trajet GPS pour avoir une idée du trajet : presque 7300km, soit 2/3 du globe disent certains (on penche plutôt pour 18%).

Etape transsibérien : terminée


Tout s'est bien passé, mais le blog étant inaccessible depuis la

Chine, on ne peut pas facilement détailler le périple pour l'instant.
Plus de détails dès que nous aurons une solution de contournement !

vendredi 10 septembre 2010

Ils ne savaient pas que c'était impossible alors...

Billet publié automatiquement vendredi pour vous occuper. Nous en ce moment, on est dans le transsibérien, et à mon avis on est bien loin d'avoir Internet :\

Pour commencer, promenez-vous un peu avec nous à Moscou : http://www.a-trip.com/tracks/view/59770 (on marchait droit, c'est juste la réception GPS en ville qui n'est pas super fiable). Vous y découvrirez la cathédrale Christ St-Sauveur et la rue des boutiques de souvenirs (wouhouu, Garou en concert !).

Et puis voici 3 vidéos filmées aux abords de la place rouge (je n'ai pas eu le temps de les intégrer "à la youtube", donc il faut télécharger et ouvrir le fichier chez vous. Si ça ne fonctionne pas, essayez d'ouvrir le fichier avec VLC) :

lundi 6 septembre 2010

Nous avons testé pour vous : l'administration Russe

...et c'est pas gagné.

Il faut savoir (bon à savoir en russie) que lorsque des touristes restent plus de 3 jours en Russie, il faut s'enregistrer auprès des autorités (à savoir pour nous, la poste centrale).
Cependant, normalement c'est le proprio de l'hôtel qui s'en charge.
Etant parti en vacances à New-York le lendemain de notre arrivée, il a laissé son auberge à son pote Alexei.
Mais son pote ne connait pas la procédure, et préfère que nous nous démerdions. Soit. Seulement on lui fait bien comprendre que nous ne parlons pas un mot de Russe, et s'il y a le moindre pb, nous ne pourrons pas nous en dépêtrer, puisque la personne en face ne parlera pas un mot d'anglais, et ne fera aucun effort (voir bon à savoir en russie également). IL nous garantit pourtant que tous les papiers sont là, et qu'il y a juste à les lui donner.

Nous partons donc dans la matinée à la poste centrale. Après avoir fait 3 guichets nous tombons enfin sur la bonne personne. Elle secoue la tête, fait la gueule (enfin plus la gueule qu'à la normale), nous parle en russe bien sûr, le seul mot que nous comprenons est "Vassili" et nous rend tous les papiers.

En pétard, nous retournons à l'auberge expliquer cela à Alexei, qui malheureusement doit partir bosser (il est ingénieur logiciel)... à midi.... Il demande donc à son pote Sergueï, qui le remplace dans la journée pour s'occuper de l'auberge, d'y aller avec nous.

Nous repartons donc de plus belle, Sergueï est très sympa. Nous poireautons 1/2h car c'est la pause déjeuner et les guichets sont fermés, puis Seregueï tend les papiers à la même dame que la matinée. Elle tamponne tout ça, et en 10 min + 330 R, c'est plié.

Un peu perplex, nous demandons à Sergueï pourquoi elle n'a pas voulu nous le faire la première fois. En fait c'est juste que comme nous sommes touristes, nous n'avons pas à nous occuper de ça, nous n'avons pas à aller à la poste centrale pour ça. Il suffisait donc juste de venir avec un Russe...

Nous avons donc perdu 1/2 journée pour ça.

- page 1 de 3