Partons !

A propos de nous | Nos trajets sur @trip | Bon à savoir | Nous contacter

dimanche 3 juillet 2011

Anecdotes chiliennes

Nous avons fait le Pérou Chili en 2 temps : d'abord le sud pour ne pas avoir trop froid, puis le Nord avec Faustine. Il y a eu environ 2 mois entre les 2.

Après avoir fait l'Argentine, on se rend vite compte que les chiliens sont beaucoup plus discrets et moins démonstratifs "italiens" que les argentins. Si bien qu'honnêtement, nous ne connaissons pas très bien le peuple chilien, qui pourtant est vraiment gentil !

  • Beaucoup de villes proposent les taxis collectifs : ce sont des taxis qui ont des trajets bien précis, avec les étapes écrites sur une pancarte sur le toit. Et du coup si vous allez sur son trajet, vous montez dedans avec des personnes qui y sont déjà ou qui rentrent après, que vous ne connaissez pas. Pour le coup je trouve ça très pratique, et en plus c'est vraiment pas cher. Par contre il ne vous déposera pas où vous voulez, mais où vous lui demandez de descendre sur son parcours.
  • On ne dit pas "McDrive", mais Auto-mac

Auto-Mac

  • Comme vous pouvez vous en douter, les plages sont nombreuses sur ce pays côtier. Pourtant, on les trouve souvent sales, le sable est plutôt noir volcanique que jaune côte d'Azur, et ça ne fait pas le poids avec notre belle Bretagne !
  • On en sait pas pourquoi, mais les chiliens se font un malin plaisir pour rendre leurs parcs nationaux inaccessible en transport en commun. Si bien que visiter le Chili avec sa propre voiture peut vraiment valoir le coup. Car on n'est jamais déçu par un parc national chilien !
  • Nous avons préféré l'extrême sud (la Patagonie) et l'extrême nord (Atacama) au reste du pays, c'est juste vraiment magnifique !
  • Les étudiants sont en pétard ici. En effet, toute proportion gardée, les études supérieures chiliennes sont les plus chères du monde ! Si bien que les étudiants en ont marre, et veulent des études équitables pour tous.
  • Il y a un projet de construire 5 barrages dans le sud du pays, en Patagonie. Cela va bien sûr ravager les si beaux parcs nationaux patagoniens. Le projet a déjà été reporté, mais il semble qu'il va quand même se faire. Quel gachis !
  • Dans le même style, dans le désert d'Atacama, là où nous avons vu les geysers, il y a un nouveau projet qui va se construire : les italiens, champions du monde des machines à vapeur et donc de géothermie (what else ?) ont pour projet de construire tout une usine géothermique juste à côté de là où nous étions. Ils avaient déjà essayé une fois, ça avait pété, et ravagé le site, mais ils veulent refaire, on ne peut rien contre les promoteurs...
  • Connaissez-vous le projet Alma ? Ça consiste à construire le plus grand télescope du monde, et ça se fera dans le désert d'Atacama.

Geysers del Tatio

Nouvelle excursion en groupe dans le désert d'Atacama, cette fois pour voir les fameux geysers del Tatio, censés être les plus en altitude du monde ! Comme ce n'est pas tout près, on doit partir à 4h30 du matin (dur) pour monter jusqu'à 4300m d'altitude (dur dur) alors qu'il fait -10°c (arg).

Et nous voici rendus à 6h, à observer des colonnes de fumées éclairées à la lampe-torche !

Fumerolles, de nuit Fumerolles, de nuit

Le manque de sommeil et d'oxygène rendent tous les déplacements assez fastidieux, mais heureusement le petit dej est servi dès le lever du jour à côté de la jeep :)

Petit dej à 4320m d'altitude :)

Alors pourquoi se lever si tôt me direz-vous ? D'une part, pour éviter un peu les nombreux groupes de touristes ; et d'autre part, parce que les jets d'eau et de fumée provenant d'une rivière chauffée en sous-sol sont plus hauts si la température ambiante est faible.

Geysers del Tatio Geysers del Tatio Geysers del Tatio

Geysers del Tatio Geysers del Tatio

Si vous vous souvenez bien, ce n'est pas la première fois qu'on voit de la terre qui fume pendant ce voyage ;)

Sur la route, on a ensuite la chance de voir des vicuñas (vigognes), des sortes de petits lamas vivant au-dessus de 3500m d'altitude. Ils nous narguent, à être en forme alors qu'on souffre de l'élévation... Je suis sûr qu'ils mâchent de la coca toute la journée pour résister !

Vicuña (vigogne)

Notre guide nous emmène ensuite au bord d'une rivière d'eau chaude qui émerge entre deux collines. Le but, c'est d'aller prendre un petit bain thermal à 35°c et sortir sans geler immédiatement. Bon, je me baigne tous les ans en Bretagne, donc c'est une formalité (de même que pour les Anglaises qui, c'est bien connu, n'ont jamais froid), mais Fanny et Faustine ont préféré rester sur la berge pour me tendre la serviette ;-)

Prêt pour la trempette ! En vrai, elle était super bonne Au bord de la rivière Ca fume !

Notre périple se poursuit ensuite au milieu des montagnes et des étendues désertiques, les paysages à moitié glacés sont fantastiques ! On a également pu goûter des empanadas au lama dans un minuscule village touristique, et c'est assez bon (la viande a un goût très fort).

Près du village Machuca Près du village Machuca

Près du village Machuca Village Machuca

Non, ce n'est pas lui qu'on a mangé. Il a eu de la chance... pour cette fois !

Non, nous n'avons pas mangé ce lama

Comme on tient encore la route, Santiago oui, notre guide s'appelle Santiago, ça donne lieu à quelques incompréhensions au début nous amène dans une "forêt de cactus" et nous fait descendre un canyon un peu funky, la preuve :

Forêt de cactus Forêt de cactus

Pourquoi ? Pour atteindre ce superbe cactus d'une dizaine de mètres de haut ! Sachant qu'il pousse d'environ 1cm par an, je vous laisse faire le calcul...

El Abuelo (le grand-père)

Forêt de cactus Forêt de cactus

Il est 15 heures quand on rentre, on a survécu à l'altitude mais non sans mal... on espère que la prochaine expédition dans le désert d'Uyuni sera plus facile à vivre ! C'était en tous cas notre dernière expédition côté chilien !

samedi 2 juillet 2011

10ème moisiversaire

Cela fait maintenant 10 mois que nous voyageons autour du monde.

Champagne ! :)

10ème moisiversaire

10ème moisiversaire en binaire

PS : non nous ne sommes pas dans une prison, c'est juste que la super auberge dans laquelle nous étions manque un petit peu de déco :)

vendredi 1 juillet 2011

Désert d'Atacama : objectif Lune

Notre dernière étape chilienne, c'est le fameux désert d'Atacama, l'un des plus arides du monde !

On le découvre pendant le trajet en bus, et les dernières heures de voyage ont un petit air de fin du monde ! La toute petite ville de San Pedro de Atacama est complètement dédiée au touriste : bars restaus, hébergements et agences de voyage, tous en terre bien sûr !

Désert d'Atacama San Pedro de Atacama

Ici l'eau est précieuse, et les nuits terriblement froides : heureusement que les lits sont équipés de plusieurs couches de couvertures...


Sortie astronomie

Ici, avec l'absence de villes et la pureté de l'air, le ciel nocturne n'a rien à voir avec celui de chez nous : on voit des milliers d'étoiles et la traînée blanche de la voie lactée ! On va donc en profiter pour suivre un petit cours d'astronomie en plein désert avec un spécialiste français qui nous fait découvrir les constellations visibles de l'hémisphère sud. La seconde partie, c'est observation dans les télescopes qu'il braque sur divers astres, par exemple ici sur Saturne :

Saturne et ses anneaux La Voie Lactée


Vallée de la lune

Le lendemain, nous partons à la découverte de différents secteurs du désert dont les canyons ont été creusés par l'eau au cours des différentes ères glacières : on découvre des traces d'érosion un peu partout !

Désert d'Atacama Désert d'Atacama

Désert d'Atacama C'est un éléphant en pierre... cherchez bien !

Ce jour-là, le vent souffle assez fort et nous glace les os tout en nous repeignant de sable... sympa !

Désert d'Atacama Désert d'Atacama Ca souffle dans le désert !

Désert d'Atacama

Mais le clou du spectacle, c'est la vallée de la lune en face de laquelle le soleil vient se coucher. C'est l'attraction à touristes certes, mais la vue vaut le coup d’œil !

Vallée de la Lune

Frileuses ?

Vallée de la Lune

Vallée de la Lune

Vallée de la Lune

Vallée de la Lune

Vallée de la Lune

mercredi 29 juin 2011

Un Pisco et ça repart

Petit détour vite fait à La Serena, point de départ pour aller visiter la vallée de Elqui.

Et qu'est-ce qu'il y a à la vallée de Elqui ? Ben de la picole bien sûr :D C'est ici qu'est fabriqué le fameux Pisco, boisson nationale. C'est un vin blanc distillé.

Mais d'abord, petit tour d'horizon de la vallée. Il y a un micro climat ici qui fait qu'il fait toujours beau. Le temps est plutôt sec, les montagnes sont vierges de toute végétation, sauf quand les humains ont décidés d'y mettre des vignes.

vallée Elqui arbre cactus cactus

Nous visiterons alors la distillerie Pisco Mistral, une des plus anciennes et des plus connues. Nous pourrons voir les machines, et surtout faire une dégustation de Pisco. D'abord le premier, à 40° d'alcool. Ouch, ça tape ! Moi j'avoue, ça me fait un frisson à chaque gorgée, Francky et Faustine apprécient. Ça ressemble à de l'eau de vie. Celui-ci se boit le plus souvent en cocktail.
Le deuxième Pisco que l'on goute est un pisco plus léger et qui est resté plus longtemps en barrique. Il est donc plus goutu. Cela dit il me donne aussi des frissons à chaque gorgée. Francky et Faustine apprécient :)

resto de la distillerie

vieille voiture de transport de pisco jardin de la distillerie jardin avec belle vue

alambic alambics barriques

Nous finirons par le verre gratos de bienvenue : un cocktail appelé Pisco Sour, moi j'adore. C'est du Pisco avec du jus de citron et du sucre (trop sucré pour Faustine).

dégustation de pisco sour

Nous voilà donc en plein forme pour continuer le voyage.
Dsl nous sommes un peu en retard sur les posts, mais en Bolivie il est difficile de trouver internet... Rassurez-vous, tout va bien, nous avons une chouette aventure inoubliable à vous raconter, mais ça devra attendre la fin des posts sur le Chili (haha suspens). Le PC commence à nous lâcher, ce qui ne facilite pas les prochains billets à venir.

- page 1 de 5